Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Google+
Charivari de la société contemporaine

Une étude prédit un effondrement écologique planétaire imminent.

4 Janvier 2014, 05:35am

Publié par alize2769

pourquoi les climats deviennent instables ?

pourquoi les climats deviennent instables ?

Je suis un peu désolé de gâcher la fête du nouvel an mais il est nécessaire d'utiliser notre imagination pour contrer les effets désastreux que nous engendrons actuellement sur notre bonne vieille planète.

Selon un rapport d'un chercheur-doctorant de l'université Simon Fraser de Vancouver (Canada), un effondrement écologique planétaire serait imminent dans moins d'un siècle.

 

Traduction du site : http://www.sfu.ca/sfunews/stories/2012/study-predicts-imminent-irreversible-planetary-collapse.html

" En maniant des théories scientifiques, issues de modélisation des écosystèmes et des preuves paléontologiques comme champ d'études, 18 scientifiques, dont un professeur de SFU, prédisent que les écosystèmes de la planète se dirigent vers un effondrement irréversible imminent.

En constatant un état d'instabilité dans la biosphère de la Terre , un document vient d'être publier dans Nature où les auteurs constatent :

  • L'accélération de la perte de la biodiversité de la Terre,
  • Les fluctuations climatiques devenant de plus en plus extrêmes,
  • L'interconnexion de ses écosystèmes de plus en plus interdépendantes
  • La profonde mutation de cette biodiversité dans le budget énergétique total.

Ils suggèrent que ce sont tous des témoins précurseurs du seuil planétaire ou représente le point de basculement de la Terre.

Une fois que cela arrive, les auteurs prédisent que ce pourrait être ce siècle où les écosystèmes de la planète, tels que nous les connaissons, pourraient rapidement et irréversiblement s'effondrer.

"Le dernier point de l'histoire de la Terre de basculement a eu lieu il ya environ 12.000 ans, lorsque la planète est passée du statut de l'âge des glaciers, qui, auparavant, a duré 100 000 années, pour être dans son état interglaciaire actuelle», explique Arne Mooers, SFU professeur de la biodiversité. "Une fois que le point de basculement a été atteint, les changements biologiques les plus extrêmes menant de notre climat actuel surviennent dans seulement tous les 1.000 ans. C'est comme de passer à l'âge d'un bébé à l'âge adulte en moins d'un an. Surtout, la planète est en train de changer encore plus vite. "

Mooers est l'un des auteurs de l'article. Il souligne, "Les chances sont très élevées que le prochain changement d'état global sera extrêmement perturbateur pour nos civilisations. Rappelez-vous, nous sommes en train de passer de l'état de chasseurs-cueilleurs au stade technologique d'atteindre la lune pendant l'une des périodes les plus stables et bénignes dans toute l'histoire de la Terre.

"Une fois que l'état planétaire est en train de changer, un effet de seuil se produit, il n'y a pas de retour possible. Donc, si un système bascule vers un nouvel état parce que vous avez ajouté beaucoup d'énergie, même si vous reprenez la nouvelle énergie, il ne sera pas possible de revenir à l'ancien système. La planète n'a pas de la mémoire de son état antécédent ".

Ces projections contredisent la croyance populaire qui juge que l'amplitude dans laquelle les pressions anthropiques, tels que le changement climatique, sont en train de détruire notre planète est encore discutable, et tout effondrement serait à la fois progressive et lointain pendant des siècles.

Cette étude conclut que nous ferions mieux de ne pas transformer la surface de la Terre de plus de 50 pour cent ou sinon nous ne serons pas en mesure de retarder, sans parler d'éviter un effondrement planétaire.

Nous avons déjà atteint 43 pour cent de cette surface par la conversion des paysages en zones agricoles et urbaines, rendant de plus en plus sensibles la Terre d'une probable épidémie de l'environnement.

"En un mot, les humains n'ont pas fait quelque chose de vraiment important pour éviter le pire parce que les structures sociales pour faire quelque chose sont tout simplement pas là», dit Mooers. "Mes collègues qui étudient les changements induits par le climat à travers l'histoire de la terre sont plus qu'assez inquiet. En fait, certains sont terrifiés. "

Commenter cet article